100Km

Dans les troquets
D'ailleurs ils ont tout fermé
J'veux pas faire partie des paumés
Et cette nuit j'ai envie d'aller

Aller
à Cent kilomètres d'ici
Assez pour passer mon ennui
à cent kilomètres d'ici
Assez loin de tous mes soucis

On m'a dit tu vas travailler
à seize ans j'ai fini d'rêver
J'vois pas c'que j'pourrais esperer
Chuis bien parti pour y rester

Quand le soleil s'est couché
Laisser le ciel s'allumer
J'entends plus personne crier
Et cette nuit j'ai envie d'aller

Aller
à Cent kilomètres d'ici
Assez pour passer mon ennui
à cent kilomètres d'ici
Assez loin de tous mes soucis

Grand(G. Ledoux-J. Ledoux/Blankass)

 

Eh grand, quand tu traînes un peu,

Tout le monde t'appelle grand,

Comme un prénom marrant.

Alors, quand on croise tes yeux

Tout le monde t'appelle grand,

Mais pourquoi trouver mieux.

 

Eh grand, quand tu pleures un peu,

Tu dis, s'il y a un Dieu,

Il aurait pu faire mieux.

Alors, par l'épaule on te prend,

On te dis, "allez grand",

Mais que te dire de mieux.

Mais que te dire de mieux.

 

C'est le nom

Qui fait la gueule des gens.

Jusqu'à la nuit des temps,

Et toi tu seras grand.

C'est le nom

Qui fait la gueule des gens.

Jusqu'à la nuit des temps,

Et toi tu seras grand.

 

C'est tuant, cette habitude des gens

D'parler comme on écrit,

En affichant les noms,

En classant, sont rangés pour de bon,

Etalonnée la vie,

Et bouché l'horizon.

 

Mais tu sais si on t'appelle grand,

C'est pour se faire du vent,

Pour changer les saisons.

Ou parce que, en oubliant ton nom,

On oublie qu'on est grands

Et on oublie le temps.

Et on oublie le temps.

 

C'est le nom

Qui fait la gueule des gens.

Jusqu'à la nuit des temps,

Et toi tu seras grand.

C'est le nom

Qui fait la gueule des gens.

Jusqu'à la nuit des temps,

Et toi tu seras grand.

Bis

 

La vie est bien trop sûre déjà.

Ne soyons sûrs de rien.

Appelons-nous Machin.

Tu vois, en oubliant ton nom

On oublie qu'on est grands

Et on oublie le temps.  

Et on oublie le temps. (ad lib...)

 

 

L'amour vache

Il a vu sa mie en Bavière
D'autres qu'il a connu à la guerre
Si tu bois un peu d'travers
Faut dire qu'notre homme est pas très clair
Mais il ne s'arrêtera pas là
JM depasse son septennat

Il est louche il a pas l'air bien
Quand il part on dirait qu'il vient
Il est louche il a pas l'air bien

Il est louche il a pas l'air bien
Quand il part on dirait qu'il vient
Il est louche il a pas l'air bien

Ton frère est très populaire
Dans sa cité des Lamandières
Il aime beaucoup les films de guerre
Et les pompons d'sa plage arrière
Sa belle R12 l'emmènera loin
Et sa cibie marche très bien

Il est louche il a pas l'air bien
Quand il part on dirait qu'il vient
Il est louche il a pas l'air bien

Il est louche il a pas l'air bien
Quand il part on dirait qu'il vient
Il est louche il a pas l'air bien

Le coeur des hommes

On a cherché retourné et creusé
On a fouillé tout au long d'la journée
Un peu d'repos et j'reprends mon marteau
Même si y'a quedal on changera d'proprio

Oh si on ouvrait le coeur des hommes
J'voudrais savoir en ouvrant le coeur des hommes
On trouverait de l'or, de la rengaine et de la peine

Oh si on trouvait de l'or ce soir
Oh y'en a marre
Faut trouver de l'or ce soir
Y'aura d'la haine,
De la rengaine,
Et de la peine

Oh quand les chances se transforment en chiennes
Faudrait penser à pas trop fâcher la tienne

Et trouver cet or
Trouver la haine
Hurler à la mort
La rengaine

 

Mon ex (Blankass/Johan Ledoux)

 

Je vous écris ces quelques lignes sur du papier mouillé

Je sais qu'il pleut, c'est pas marrant, mais arrêtez de pleurer.

Je sais poulette, qu'un jour ou l'autre je le regretterais,

Mais embrasse-moi une dernière fois, car je dois m'en aller

 

Il lui fallu une seule seconde pour réaliser

Que son homme, le plus fort du monde, allait l'abandonner.

Avec mon mouchoir sale, ses jolis yeux j'ai essuyés,

Et d'un regard fatal, m'a demandé si elle pouvait se moucher.

On l'entendit dans tout le quartier.

 

Mon ex s'appelait Gisèle, et n'avait rien pour elle.

Malgré son indiscrétion, c'était quand même un canon.

 

Elle avait les cheveux platine et la cuisse généreuse,

Avec sa forte poitrine, elle faisait des envieuses.

Mais malencontreusement, sur le trottoir elle a chuté,

Par dessus la rambarde, dans le canal elle a plongé.

 

Avec les bouées qu'elle se payait, elle pouvait pas se noyer,

Mais comme elle savait pas nager, elle se mit à paniquer.

Gisèle a flotté comme ça toute la soirée,

Et doucement sur le canal, les gens la voyait dériver.

En demandant si elle avait pied.

 

Mon ex s'appelait Gisèle, et n'avait rien pour elle.

Malgré son indiscrétion, c'était quand même un canon.

Mon ex s'appelait Gisèle, et n'avait rien pour elle.

Malgré son indiscrétion, c'était quand même un canon.

 

Nous avons gagné ce soir

Est-ce qu’on a fait vraiment une belle partie

A-t-on tenu les paris

Un jour gagné contre le froid

C’est pas si dur que ça

Marcher sans mater les intrus

Marquer le sourire à la rue

Quelques coups francs qui changent le temps

Pour se dire en dormant

 

On a gagné ce soir

On peut rêver ce soir

Le jeu reprend demain

Joue-le bien

On a gagné ce soir

Pas besoin de tant d’histoires

Le jeu reprend demain

Mais nous avons gagné ce soir

 

On a été moins longs à se tendre les bras

Moins cons que ce qu’on est parfois

Demain douze reprises, même combat

Je sais que tu viendras

Douze heures à tenir en émoi

Nos cœurs qui ne regardaient pas

Ceux qui cherchent un lit pour la nuit

Et se dire à minuit

 

On a gagné ce soir

On peut rêver ce soir

Le jeu reprend demain

Joue-le bien

On a gagné ce soir

Pas besoin de tant d’histoires

Le jeu reprend demain

Mais nous avons gagné ce soir

Nous avons gagné ce soir

Gagné ce soir

 

Est-ce qu’on rejouera aussi bien

On verra ça demain

 

Quelques matins moins crétins

Me disait un indien mexicain

Un jour on sentira enfin

Le peu de beurre qui s’est fait

Ca fait des paquets de journées

Gagnées qui pourraient nous changer

En guerriers des jours éclairés

Pour se dire au coucher

 

On a gagné ce soir

On peut rêver ce soir

Le jeu reprend demain

Joue-le bien

On a gagné ce soir

Pas besoin de tant d’histoires

Le jeu reprend demain

Mais nous avons gagné ce soir

Nous avons gagné ce soir

Gagné ce soir

 

Nous avons gagné ce soir

Nous avons gagné ce soir

Gagné ce soir

 

Nous avons gagné ce soir

Ad lib

 

Sans aucun remords

 

J'ai vu quelqu'un me parler de soleil et de phosphore.

J'ai cru quelqu'un qui m'a dit : un jour, tu seras plus riche qu'un roi.

J'ai bu à la santé de ceux qui m'ont aidé,

Et j'ai vite oublié tous ceux qui m'ont trompé.

 

Hier encore, tu disais sans sourire que tu avais jamais tort.

Tu m'as donné des papiers signés pour un contrat en or.

T'as pompé, avalé,puis t'as tout recraché

Saturé, écoeuré, tu m'as tout reproché.

 

Sans aucun remords, sans même aucun effort,

Parier sur mon sort, sans aucun remords.

 

J'ai révé d'être une île, on voyait du rhum, sous un soleil de plomb,

Loin des villes, sans se soucier des hommes, avec des filles canon.

Tout était arrangé, le moral, les tournées.

J'avais repris mon passé pour tout recommencer.

D'ailleurs

 

Sans aucun remords, sans même aucun effort,

Parier sur mon sort, sans aucun remords.

 

Sans aucun remords, sans même aucun effort,

Parier sur mon sort, sans aucun remords.

 

ad lib

 

Soir de paye (Guillaume Ledoux/Johan Ledoux)

 

C'est la chanson des caddies qui ferraillent

Sur le goudron du parking de Carrefour.

C'est la chorale des marmots qui braillent,

Le vendredi, à la tombée du jour.

 

Dans la chaleur de la galerie marchande,

Y'a des odeurs de croissants, d'ioxide,

Y'a des vigiles, y'a des blaireaux qui glandent,

Y'a des mémés qui cherchent un chariot vide.

 

C'est soir de paye, On a de l'oseille

Viens t'en ma belle, on va bourrer le chariot.

De la mortadelle, de l'eau de Javel,

Une cassette porno et vingt-six packs de Kro

 

On a trouvé un joli pyjama,

Oui, tout en nylon et poly-acrilique,

Un grand poster de Frédéric François,

Un beau gâteau sous son capot plastique.

 

Y'a une promo sur les balais à chiottes,

T'en payes que deux, le troisième est gratuit.

Faut profiter des prix sur les biscottes,

Le dindonneau et le rôti de porc cuit.

 

C'est soir de paye, On a de l'oseille

Viens t'en ma belle, on va bourrer le chariot.

De la mortadelle, de l'eau de Javel,

Une cassette porno et vingt-six packs de….

 

C'est la complainte des caddies qui couinent,

Et qui roulent en biais entre les présentoirs.

C'est la ballade de la margarine,

Du lait en poudre et des lames de rasoir.

 

Les haut-parleurs, les caisses enregistreuses,

Forment ensemble un joyeux brouhaha,

Et le cœur léger, les familles heureuses

Rentrent chez elles, des paquets plein les bras.

 

C'est soir de paye, On a de l'oseille

Viens t'en ma belle, on va bourrer le chariot.

De la mortadelle, de l'eau de Javel,

Une cassette porno et vingt-six packs de Kro