Le Nord de mes pensées

 

Falaise déchiquetée que le vent froid balaie

Sous un ciel bleu de plomb sans l'ombre d'un nuage

Par un soleil rasant, qui tend à la merveille

Face à l'horizon vide qui incite au voyage,

Je rêve

 

Terres arides et brunes, où les plantes refusent

De planter leurs racines pour élire domicile

Troupeau de rennes sauvages qui gentiment s'amusent

A ignorer les hommes qui les voudraient dociles,

Je rêve

 

Petite église blanche, au milieu de nulle part

Avec plus rien autour qu'un halo de lumière,

Un chemin qui serpente et qui nous jette hagards

Aux confins de l'Europe, au bout de l'univers,

Je rêve

 

De cette falaise immense, de ce pays du nord

Des fjords découpés qui plongent à l'infini

De ces bateaux postaux , de ces grands sémaphores

Sous ce soleil immense qui rejette la nuit,

Je rêve

 

Cet appel s'adresse aux marins solitaires,

Aux chasseurs de photos, aux chercheurs de trésors,

A ceux que l'aventure au confins du polaire

Apporte des frissons,

                     Venez donc au Cap Nord.