Le miracle de l’amitié

 (souvenir d'orage pour Valérie)

 

Je n’aime pas les amis, encore moins les amies,

Ami, c’est pas possible, avec une jolie fille.

Depuis le début du monde, depuis la nuit des temps,

Les filles et les garçons éprouvent des sentiments.

 

Moi depuis ma naissance, j’pouvais pas imaginer

Avoir pour une fille, seulement que d’l’amitié.

C’était pas très logique, c’était même immoral

De pas vouloir l’aimer, c’était même anormal.

 

Et puis voilà qu’un jour, au hasard du destin

Une fille formidable a croisé mon chemin.

Mais d’ici qu’on s’découvre, il s’est passé longtemps.

Bien sûr ! dans les concerts, on se ratait tout le temps..

 

Une fille avec laquelle, on se sent tellement bien,

Qu’on voudrait bavarder jusqu’à la Saint-glinglin.

Une, enfin, qu’on n’drague pas, mais que sans retenue

On espère retrouver à chaque détour de rue.

 

Et bien que nos chemins ne soient pas parallèles,

Que sa vie et la mienne, soient pas tracées pareilles,

Et puis que rien n’explique ces drôles d’affinités

J’aime pas trop le moment où je dois la quitter.

 

Rien ne prédestinait à cette complicité,

Mais c’est venu comme ça, en toute simplicité.

Il semble qu’un petit miracle s’est produit dans ma vie,

Moi qui n’y croyais pas,...... j’ai trouvé une amie.