Le bonheur (inspiré par Boucan d'enfer)

A Sandrine

 

On reconnaît l'bonheur paraît-il au bruit qu'il fait quand il est loin,

c'est un vrai poète qui a dit ça, pas l'dernier des crétins.

Y a comme un grand bruit dans mon cœur, sitôt que j'm'éloigne de 10 pas,

voilà c'que c'est d'croire au bonheur grand comme les monts d'l'Himalaya.

 

Le bonheur, c'est vachement bizarre, ça s'attrape mal et quand on l'a

faut faire bien gaffe à pas qui s'barre, qu'il nous laisse tout seul planté là.

Et quand on croit l'avoir trouvé, y a toujours un os dans l'histoire,

qui se pointe juste pour nous prouver qu'on a bien tort de trop y croire.

 

Le temps d'une vie, c'est juste assez pour l'attendre quand y vient pas,

et puis surtout pour regretter d'jamais passer au bon endroit.

On veux toujours ce qu'on a pas, c'est le lot de tout un chacun;

on rêve tout haut c'qu'on prie tout bas, on attend quelque chose ou quelqu'un.

 

La liste est longue à l'encre noire, chiffonnée au fond d'un abîme,

de tous les espoirs sans espoir qui s'amoncellent et qui m'dépriment.

De déceptions en amertume, la vie nous file entre les mains;

dans de grandes flammes elle se consume, aujourd'hui c'est déjà demain.

 

Et si une vie ne m'suffit pas pour que je trouve le bon chemin,

j'en utiliserais deux ou trois, j'me réincarnerais en chien,

ou tiens, en cheval pourquoi pas, ou en voiture décapotable,

bref, en presque n'importe quoi pour rendre le bonheur atteignable.

 

On reconnaît le bonheur paraît-il au bruit qu'il fait quand il est loin,

c'est un vrai poète qui a dit ça, pas l'dernier des crétins.

Y a comme un grand bruit dans ma vie, j'entends même plus mon cœur qui bat;

faut croire que l'bonheur est parti, et p't-être bien qu'il reviendra pas.