Hymne au Dakar
 
Ils sont partis vaillants sur les pistes du Dakar
Faire rugir leurs engins et salir le désert;
paradoxe des riches traversant la misère,
pour cette obscénité, ils mériteraient l'Oscar.
 
Ou sont passés les rêves des premières éditions,
le temps des baroudeurs qui découvraient l'Afrique,
amoureux du désert; pas de leur mécanique,
qui avaient l'aventure comme unique ambition.
 
Pour pas prendre de risques, aujourd'hui les "héros",
on leur colle des balises, liaison GPS
pour pouvoir réagir à la moindre détresse.
Technologie au top; pour l'aventure, zéro.
 
Que connaîtront-ils donc des pays traversés.
Peu importe le décor, pourvu qu'ils aient la gloire.
C'est le nom du vainqueur que retiendra l'histoire,
pas celui des "sauvages" qu'ils auront renversés.
 
Ils seront bien contents, juste avant de mourir,
ceux qui crèvent de faim et des épidémies,
d'aller jouer bientôt dans l'épave endormie
d'une voiture hors de prix qu'on a laissé pourrir.
 
Le désert est trop beau, laissez-le donc tranquille,
rendez aux africains leurs pistes et leurs villages.
Votre inconscience a fait bien assez de ravages,
allez jouer au stock-car dans les rues de vos villes.