Pensées d'un jour de décembre

 

J'ai trop pensé à toi, et à ton avenir

trop grevé mes loisirs à te regarder vivre

Si je pouvais encore demain te retenir

Biffer les 17 pages, recommencer ce livre

 

J'ai trop passé mon temps à te faire la morale

trop usé ma salive à t'expliquer la vie

Trop pesté contre toi, à chaque fois que tu râles

Mais si souvent cédé à tes petites envies.

 

Ce n'est pas très facile de te laisser filer,

de lire ton avenir ailleurs qu'auprès de moi

Je revois les années dans mes yeux défiler

Et j'ai peur de te perdre dans les prochains mois.

 

J'ai pensé tout faire juste, mais je n'en suis pas sûr

On fera le bilan quand sur mon lit de mort

je te demanderai si tu m'as trouvé dur

Et que tu répondras que je n'avais pas tort.

 

Ai-je été un bon père, je ne suis pas bon juge

Mais j'aime mes enfants, ça au moins c'est clair

La fin du monde peut venir, et après le déluge,

De toi et de ton frère, je resterai très fier.